Bazet, racontée par Béatrice, voyageuse en Éthiopie

Dans la construction de ses séjours, TDS Voyage met à l’honneur des femmes qui participent activement à la vie de leur village. Bazet est l’une d’elles. Elle vit à Wubamba, un petit hameau rural. Sa famille reçoit les voyageurs TDS pendant leur séjour en Éthiopie.

Bazet, mariée par ses parents à l’âge de 13 ans, ne s’est pas contentée d’un rôle de femme au foyer et occupe une place particulière dans son village en faisant partie du Comité de l’eau avec quatre autres personnes. À ce titre, elle est responsable de la gestion et de la sécurité du puits à pompe qui alimente en eau de qualité les 26 familles que compte le village. Bazet fait le lien avec le Bureau de l’eau et les experts de la Farta (équivalent de la Région en France) pour toutes les questions concernant l’approvisionnement en eau de sa communauté. Un rôle social et reconnu.

boitemariageDans cette école, la boîte jaune sert à recueillir les témoignages de personnes ayant connaissance de mariages forcés de petites filles, offrant ainsi la possibilité de bloquer ces unions précoces.

« Nous avons été accueillis une partie de la journée par une famille à Wubamba. Celle-ci vit principalement de l’agriculture et de l’élevage. Parents de 5 enfants, âgés de 5 à 25 ans, le couple nous a ouvert les portes de son intimité. Lorsque nous sommes arrivés, deux des enfants cuisinaient et un petit veau nouveau-né cherchait à se procurer un peu de chaleur au coin du feu. Nous avons été reçus avec la traditionnelle cérémonie du café, à laquelle nous avons entièrement assisté – ne pas avoir de café signifie ne pas être le bienvenu en Ethiopie !

Le couple nous a confié une réalité bien présente dans la tradition éthiopienne : le mariage arrangé. En effet, la tradition veut que les enfants se marient très jeunes sans avoir le choix de leur futur(e) époux(se). Bazet confie avoir été mariée à 13 ans. Son mari, alors âgé de 15 ans, était, déjà à l’époque, contre le mariage des jeunes filles mais explique ne pas avoir eu d’autres choix. Il dit avoir toujours respecté sa femme et refusé les relations intimes avant la majorité de cette dernière. Tous deux se sont livrés, sans retenue, sur cette réalité culturelle mais aussi très intime. Nous sentions réellement le respect régner au sein de ce couple qui s’est montré ouvert, épanoui et amoureux.

Cette proximité en petit groupe nous a permis de prendre le temps d’échanger avec la famille sur nos cultures et nos modes de vies respectifs. Les échanges ont été facilités grâce à l’accompagnateur français. J’aurais vraiment souhaité prolonger ce moment avec cette famille qui m’a beaucoup touchée. »

rivierewubamba
Les voyageurs traversent la rivière utilisée par les villageois pour l’eau. La construction du puis a permis d’éviter le transport pénible des bidons sur de longues distances.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s