« Je me souviens de notre première étape, dans le village cambodgien de Phnom Kulen… »

Par Véronique, voyageuse TDS

« Mon envie de voyager au Cambodge venait principalement de mon admiration pour les temples d’Angkor, mais j’y ai découvert de nombreuses autres richesses, en termes de rencontres humaines notamment. Nos échanges avec les cambodgiens ont été riches et nous ont permis d’aborder beaucoup de sujets différents : les techniques de la poterie avec les artisans, la culture des choux avec la maraîchère qui nous a beaucoup appris de son métier et nous y a initié, le travail aux champs…

Le fait que les cambodgiens soient très proches de leur famille m’a beaucoup touchée. Ils vivent dans la même maison et partagent beaucoup d’activités tous ensemble. Je les ai trouvés très tolérants, je pense que c’est dû au bouddhisme, la religion a une empreinte énorme. Toujours ils sont bienveillants, calmes et souriants, même en ville, bien que celle-ci soit très souvent animée et vivante ou même lorsqu’ils racontent des choses tristes, comme sur la période des Khmers rouges.

DSCF6149.JPG

Je me souviens de notre première étape, dans le village de Phnom Kulen. Au sein de celui-ci, nous avons pu voir beaucoup de choses sur la vie quotidienne. Dans ce village, nous avons été accueillis par un couple d’un certain âge pendant cinq jours. Tous deux parlaient le cambodgien, le monsieur avait quelques-fois des mots de français qui lui revenaient mais c’est Sophia, notre guide francophone, qui a principalement servi d’intermédiaire. Ils vivaient avec leur fils, qui nous servait également de guide local pour aider Sophia dans toutes nos balades autour du village. Leur fille aidait aussi très souvent à la cuisine même si elle vivait dans une autre maison du village. Lors de la dernière soirée que nous avons passée tous ensemble, plein d’émotions ont vu le jour. Le couple s’est un peu plus livré que lors des autres soirées, sur de nombreux sujets : leur vie en général mais surtout ce qu’ils avaient vécu lors de la période des Khmers rouges. Ce moment a été extrêmement fort. Nous avons senti que c’était difficile pour eux mais ils se sont confiés naturellement et nous ont avoué qu’ils ressentaient le besoin d’en parler « il faut qu’on le raconte, il ne faut pas que ça s’oublie ».

Je retiendrais également l’une des soirées où nous avons préparé le dîner tous ensemble. Nous avons partagé ce repas et nous avons bien ri ; c’était presque un repas de famille comme on peut en connaître partout. C’est ce couple, lors de mon voyage, qui m’a le plus touché. Gentils, ouverts à beaucoup de choses, lui comme elle, étaient cultivés. Le monsieur a été directeur de l’école du village ; nous avions beaucoup de discussions à partager. Il avait de la culture.
Quand nous avons quitté le village, ça a été difficile pour tout le monde de se dire au revoir. Nous avons vraiment eu l’impression de faire partie de leur famille pendant un temps.

dscf6184

L’une des autres étapes qui m’a marquée a été celle dans le village flottant de Stung Sen. Nous avons été accueillis par un couple assez jeune, dans une belle petite maison perchée au-dessus de l’eau. C’était complètement différent du village de montagne de Phnom Kulen : deux mondes opposés. Là, toutes les activités se sont faites en bateau : cela a du charme : nous avons visité le coin tranquillement et avons profité du lac. »

okcambodge6.jpg

>> Pour voir les séjours TDS proposés au Cambodge, cliquez ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s